Le syndrome de la gentille fille: si vous voulez toujours que les gens vous trouvent gentille.



Auteure: Liesbeth Smit
Traduction: Chantal Xerri


Qu'est-ce qui fait que nous trouvons si important que quelqu'un nous trouve gentil ? Parce que si être gentil est bon pour le monde, vouloir être apprécié ne l'est pas toujours. Quelle est la différence et comment la gérer ? Liesbeth a fait des recherches sur le "syndrome de la jeune fille douce". "Sympa et gentil n'est pas toujours sympa et gentil ".

Pour aller droit au but : je suis plutôt du genre à faire plaisir. Idéalement, je veux que le monde entier pense que je suis douce, gentille, que dis-je, carrément fantastique. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, tous les jours de l'année, et quelle que soit la situation. Ce n'est pas parce que j'ai une personnalité narcissique - je me le dis - mais parce que je trouve simplement la vie plus agréable lorsque tout le monde est heureux dans mon environnement.

Pourtant, ces derniers temps, la chaussure serre. "Tu es toujours si gentil", m'a dit un de mes amis l'autre jour. Après quoi, elle a commencé à me dire longuement qu'elle avait mis cela derrière elle. Il s'agit de dire non, de ne pas penser pour les autres, de se défendre, d'oser faire des erreurs et de ne pas s'inquiéter des éventuels ennemis que l'on pourrait se faire.
Elle se sentait beaucoup mieux grâce à cela, pensait-elle. Et soudain, j'ai su qu'il était peut-être temps de me demander pourquoi je préfère choisir la gentillesse. Parce que, avouons-le, vouloir toujours être aimé est parfois un peu ennuyeux aussi. Sans oublier qu'il est mortellement épuisant. D'ailleurs, à quel point êtes-vous "gentil", si après une énième déception (" je pensais bien faire ") au fond de votre cœur, vous n'en pensez plus un mot ?

La gentillesse maladive. Il est temps de faire une petite recherche sur la fonction et la nature de la gentillesse. Et il s'est avéré que je ne suis pas le seul à souffrir de cette maladie de la gentillesse. Des recherches américaines montrent que pas moins de 6 % de l'ensemble des personnes - hommes et femmes - en souffrent à un degré plus ou moins important.
Et ce n'est pas étonnant, dit Bert van Dijk, coach et auteur du livre Why not everybody has to like me (2009), car nous sommes des animaux de groupe.
Pour ne pas tomber en dehors du groupe - et donc pour survivre - nous avons besoin de cet amour et de cette attention. Et ce n'est pas une question de chemin de moindre résistance, mais un besoin primaire pour vivre.
Jusqu'à présent, pas de problème de gentillesse. Elle n'apparaît que lorsque le besoin d'être aimé commence à dominer, et devient une maladie liée à un besoin de se rassurer, dit M. van Dijk.
Et dans la pratique, cela signifie :
Penser que quelqu'un d'autre ne vous aime pas lorsqu'il ne répond pas immédiatement à un message que vous avez envoyée.
Reprochez à vous-même cette mauvaise humeur ou ce regard distant de votre collègue ("Je n'ai rien dit de mal, n'est-ce pas ?").
Ne pas oser dire à votre nouvel amoureux que vous ne voulez pas regarder le football à la télévision tout le week-end, parce que vous avez peur qu'il vous quitte.
Ou, comme dans mon cas, accepter trop de travail parce que j'ai peur de ne pas être aimé.
C'est très fatigant, et en plus, tous ces efforts ne mènent pas toujours au résultat souhaité. Et cela a tout à voir avec la motivation réelle de ce comportement. En fait, une étude menée par Intermédiaire montre que 73 % des personnes ne sont gentilles avec les autres que si elles pensent que cela leur apportera quelque chose. Et comme nous n'obtenons pas toujours l'appréciation ("applaudissements !") que nous espérions, c'est aussi la principale cause d'épuisement professionnel. En bref : ce genre de "gentillesse" vient en fait de la peur. Et c'est donc quelque chose de complètement différent que d'être réellement gentil. Oups.

Authentique. Parce que, bien sûr, il y a encore beaucoup de choses positives à dire sur la gentillesse réelle et sincère. Ce n'est pas pour rien que la compassion au sein du monde spirituel est l'une des conditions les plus importantes pour une existence paisible et heureuse. Un regard amical à un étranger, une étreinte avec un bon ami, une carte gentille avec des mots réconfortants à quelqu'un en deuil ; selon le Dalai Lama, ce sont toutes de petites graines qui non seulement peuvent rendre quelqu'un d'autre (plus) heureux, mais qui sont particulièrement curatives pour nous-mêmes et notre image de soi.
La scientifique américaine Karen Armstrong affirme également dans son livre Compassion (2011) que la compassion est une qualité extrêmement importante, que nous devrions apprendre à mieux développer afin de mener une vie plus compatissante. Et le psychiatre italien Piero Ferruci utilise même la compassion comme base de sa célèbre psychothérapie. Dans son livre Kindness as an attitude to life and healing power (2004), il déclare : "Nous vivons actuellement dans l'âge de glace du cœur. Des valeurs comme la dureté, l'efficacité, l'esprit d'entreprise et la méfiance sont louées, tandis que la simple gentillesse est considérée comme un peu idiote.
" Injustifié, mais vrai selon l'Italien : tout ce besoin de se faire valoriser et ce stress se font trop souvent au détriment de la paix et de l'harmonie. Et cela garantit également que nous finirons par ne plus faire la différence entre une gentillesse réelle et authentique et une gentillesse qui tourne autour d'intérêts personnels. Alors que tout est en fait si simple, dit-il. "Vous n'avez pas à choisir d'être gentil avec vous-même ou avec les autres Si la gentillesse vient de votre cœur, c'est la même chose."

La gentillesse authentique, donnée par générosité, amour et attention, est en somme quelque chose de très différent du comportement de complaisance. Et au fond de notre cœur, nous ne connaissons que trop bien cette différence. Une étude britannique a récemment montré que les personnes qui commencent par être très chaleureuses et enthousiastes lors d'un premier rendez-vous sont considérées comme moins attirantes que celles qui sont plus "tièdes". Donc c'est bien d'être amical, mais ne laissez pas cela devenir gluant. Et malheureusement, les femmes souffrent généralement plus de cette dernière tendance que les hommes.
Quel dommage !, affirme l'auteur allemande Ute Ehrhardt dans son best-seller Les filles courageuses iront au paradis, les effrontées partout. Pourquoi être gentil ne fait pas avancer les femmes (2014). Car il s'avère que, par peur de la colère et du rejet des autres, les femmes ont tendance à se faire plus petites qu'elles ne le sont. Et ce que l'on appelle le "syndrome de la gentille fille" explique, entre autres, que nous gagnons toujours structurellement moins que les hommes. Parfois, nous voulons garder trop de balles en l'air à la fois lorsqu'il s'agit de combiner le travail et la vie privée. Ou, comme dans mon cas, que j'ai du mal à dire non - avec parfois des conséquences fâcheuses telles que des délais manqués, trop peu de temps libre ou des doubles rendez-vous.
Erhardt dit d'arrêter, car tout cela découle d'un manque de confiance en soi et de la peur de l'échec, et cela ne mène nulle part non plus. En fait, des recherches allemandes ont montré que les personnes qui ne sont pas toujours gentilles sont plus appréciées que celles qui sont toujours d'accord et participent gentiment. Erhardt : "Parce que s'ils disent quelque chose de gentil, cela apparaît comme honnête et crédible.

Fonctionnellement gentil, c'est bien beau. Sympa et gentil n'est pas toujours sympa et gentil. Et vouloir être une "gentille fille" a parfois l'effet inverse. Il n'y a pourtant rien de mal à être amical, mais il est conseillé de surveiller si - et quand - vous êtes "fonctionnellement gentil", déclare le professeur de psychologie Roos Vonk. Et c'est particulièrement vrai dans un environnement professionnel comme le travail, car il n'y a presque jamais personne de gentil par altruisme, dit-elle. "Si vous dites à votre patron qu'il a fait quelque chose de formidable ("comme vous êtes bon !!!"), cela peut être stratégique, à condition de l'évoquer correctement." Et en même temps, c'est précisément de cette zone d'ombre, entre la volonté sincère de faire quelque chose de bien pour quelqu'un d'autre et la flagornerie, dont les plus agréables d'entre nous devraient se méfier. En outre, il peut être utile de se demander si le monde attend vraiment toutes ces personnes qui veulent être aimées. En effet, ceux qui répondent au besoin d'être aimés et appréciés des autres en étant sensibles, en se montrant facilement blessés ("j'ai fait de mon mieux") ou en ne supportant pas la critique, se livrent également à une forme de manipulation émotionnelle. Et soudain, il n'y a plus rien d'amical à ce sujet.

Miss gentille personne Il est grand temps pour un petit changement personnel. Et cela ne signifie pas que, comme l'a fait une connaissance après avoir suivi un cours d'assertivité, que je me mette soudainement à dire non à tout, à être de mauvaise humeur, à annuler des rendez-vous à la dernière minute ou à dire activement aux gens ce qui ne va pas chez eux ("Je ne peux vraiment pas te supporter").
Mais il est temps de dire un peu plus de "non" et un peu moins de "eh, ok". Et si "ils" ne m'aiment pas, tant pis. La vraie gentillesse n'est pas une question de peur, mais de cœur.
Alors bye bye miss gentille personne ! Bonjour la vraie gentillesse !

BRON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.